Turritopsis nutricula, la fontaine de jouvence dévoilée

Para Sciences

Les Cnidaires appartiennent aux plus anciens invertébrés qui ont fait leurs apparitions dans les océans à l’époque précambrienne, c’est à dire approximativement 650 millions d’années. Le cycle de reproduction est définit par deux phase :

la phase polype fixée au fond ou sur tout autre support, et la phase méduse qui nage librement.

Cet animal possède un don que nul autre créature ne détient : l’immortalité.

Son nom est la Turritopsis nutricula, méduse de la famille des hydrozoaires. Sa taille n’excède pas 4 ou 5 millimètres et elle fut découverte par des chercheurs en biologie de l’Université de Lecce (Italie).

Originaire de la mer des Caraïbes, elle se multiplie depuis peu dans le monde, sans doute en raison du réchauffement climatique et de l’activité humaine. La surpêche de leurs prédateurs serait aussi l’une des raisons apparentes.

 

Cette créature pluricellulaire est capable après avoir atteint sa maturité sexuelle de revenir au stade de polype grâce à une particularité cellulaire qui lui permet de résorber son corps d’adulte. Elle mène ainsi une vie composée de cycles, ce qui ne l’empêche pas de se faire tuer par d’autres prédateurs. Ce processus s’appelle la Transdifférenciation (se définit par le fait que des cellules sans souches ou des cellules souches déjà différenciées perdent leurs épitopes normaux et acquièrent de nouveaux épitopes et de  nouvelles fonctions).  L’invasion de ces merveilleuses créatures est prit très au sérieux par le Dr Maria Miglietta de l’Institut de marine tropicale de Smithsonian qui prétend que nous devons nous attendre à une « invasion silencieuse du monde par ces méduses ».

Registre mondial des espèces aquatiques

Je vous invite à consulter ce lien en anglais de Devbio qui aborde le sujet d’une manière plus approfondie.

Reproduction

En général, les cnidaires peuvent alterner entre forme polype et forme libre au cours de leur cycle reproductif, sauf les anthozoaires qui n’existent que sous la forme fixée. Le mode reproductif varie entre groupes, depuis l’alternance stricte polype/méduse à chaque génération jusqu’à la reproduction dans un seul des deux modes. Cependant pour un groupe donné une forme domine souvent nettement l’autre.

Les spermatozoïdes du mâle sont libérés dans son estomac avant d’être éjectés dans les eaux maritimes. La femelle garde ses ovules dans son estomac. La femelle ingurgite les spermatozoïdes portés par les courants marins et la fécondation va avoir lieu à l’intérieur même de l’estomac de la femelle. Les œufs ainsi créés donneront naissance à des larves appelées planula. Le résultat de la fécondation est une larve, la planula, correspondant au stade morula des animaux plus évolués. La planula est entièrement recouverte de cils qui l’aident à se propulser jusque sur les lobes de la bouche de sa mère. C’est accrochées à ces lobes, par là où la nourriture passe, que les planulas vont grandir jusqu’à pouvoir nager toutes seules en pleine mer. Une fois qu’elle quitte la bouche de la mère, la planula va se fixer à un rocher ou bien à une algue. C’est là que la planula se transforme en polype avec des tentacules. Elle grandit ainsi jusqu’à ce que des sillons apparaissent autour de son corps. Ces sillons se creusent et le polype en vient à ressembler à une pile de saladiers. Le bloc du dessus bourgeonne avant de se détacher et de se transformer en larve appelée éphyra. C’est cette éphyra qui au fil du temps va devenir une méduse adulte.

Après gastrulation, cette larve se fixe et forme un polype. Le polype possède alors deux choix de reproduction : par clonage ou par émission de gamètes. Pour se cloner, il produit un stolon qui va servir de point de germination pour un nouveau polype. Les deux polypes restent liés par le stolon qui permet des échanges métaboliques. Ainsi se forme une colonie, sorte de super-organisme où les différents individus peuvent se spécialiser.

Lorsque les conditions (taille de la colonie, facteurs environnementaux) sont favorables, certains polypes se métamorphosent en méduses qui vont mener une vie pélagique, contrairement au polype qui est benthique. Les méduses peuvent se reproduire de façon végétative pour donner d’autres méduses, ou par des gamètes pour recommencer un nouveau cycle au stade polype.

Nutrition

La plupart des cnidaires sont carnivores. Ils se nourrissent de proies venant au contact des tentacules, incluant du plancton, des protistes, divers vers, des crabes, d’autres cnidaires et même des poissons. Ils capturent et immobilisent les proies grâce à leurs tentacules recouvertes de cnidoblastes pouvant produire des toxines. Les tentacules apportent ensuite la proie vers la bouche. La digestion est d’abord extracellulaire : des cellules spécialisées sécrètent du mucus et des enzymes digestives dégradant la nourriture. Les particules alimentaires partiellement digérées sont ensuite pinocytées et la digestion se termine au niveau intracellulaire. Les résidus de la digestion sont évacués par la bouche qui sert également d’anus.

Compléments d’information

Immortalité réalité ou utopie

 

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*