Toumaï – Un nouvel ancêtre

Para Archeologos

Toumaï est le surnom d’un crâne fossile de primate découvert en 2001 au Tchad dans le désert du Djourab. Il a conduit à la définition d’une nouvelle espèce, Sahelanthropus tchadensis, que certains paléoanthropologues considèrent comme l’une des premières espèces de la lignée humaine, probablement très proche de la divergence entre les Panines (comprenant les chimpanzés) et le genre Homo (comprenant l’Homme). Le fossile a été daté d’environ 7 millions d’années avant le présent, ce qui signifie que près de 350 000 générations nous séparent.

Historique

Le crâne sub-complet (quasiment complet de Toumaï) a été mis au jour dans le désert du Djourab au Tchad, à 800 km au nord de Ndjamena dans le cadre de la MPFT (Mission paléoanthropologique franco-tchadienne) dirigée par Michel Brunet de l’université de Poitiers. Il a été découvert le 19 juillet 2001 par une équipe de quatre hommes (Ahounta Djimdoumalbaye, qui fut le premier à toucher le fossile, Fanoné Gongdibé, Mahamat Adoum et Alain Beauvilain qui dirigeait la mission) en service au Centre national d’appui à la recherche (CNAR, Ministère de l’enseignement supérieur de la République du Tchad). Il a été inventorié sous le code TM 266-01-060-01 (TM pour Toros-Menalla, région de sa découverte).

Le crâne, cinq fragments de mâchoire, quelques dents et surtout une diaphyse de fémur gauche (TM266-01-063) ayant pu appartenir à neuf individus ont été découverts de juillet 2001 à mars 2002 sur le site 266 de Toros-Menalla et sur deux autres sites proches. La revue Nature publie trois articles sur cette découverte, dont deux de l’équipe, dans son numéro de juillet 2012.

Des méthodes de datations biogéochronologiques ont permis d’estimer l’âge de Toumaï à environ 7 millions d’années, en se fondant sur le degré d’évolution des mammifères présents à ses côtés, par comparaison avec d’autres faunes africaines similaires. Une série de date absolues a été obtenue par une équipe française pour les niveaux de sédiments qui étaient censés renfermer le fossile. Ces datations réalisées grâce à la méthode du béryllium 10 / béryllium 9 ont permis d’établir que l’âge de Toumaï serait compris entre 6,8 et 7,2 millions d’années. Toutefois il ne faut pas oublier que le crâne a été trouvé en surface et sur un site balayé plusieurs fois entre sa mise au jour en 2001 et le moment du prélèvement des sédiments8 et que la méthode paraît affectée par un biais de type raisonnement circulaire puisque c’est l’âge biochronologique des fossiles trouvés à proximité qui a servi à calibrer les appareils. De plus, le crâne de Toumaï n’étant pas en place (in situ) dans le sédiment (noter que les coupes géologiques publiées par la MPFT varient fortement de 2002 à 2008) et a même été déplacé lors d’une vraisemblable inhumation récente11, cette méthode ne peut lui être appliquée.

Caractéristiques de Toumaï

Toumaï mesurait environ un mètre et pesait près de 35 kg. Pour les chercheurs de la MPFTO, Toumaï serait un mâle comme l’indique son très fort bourrelet sus-orbitaire. Il vivait dans les forêts qui jouxtaient le voisinage d’un lac ou à proximité d’une rivière. La découverte de Toumaï, 2 500 km à l’ouest du rift est-africain, a obligé le paléoanthropologue Yves Coppens à remettre lui-même en cause sa théorie de l’East Side Story formulée en 1982. En 2003, le crâne de Toumaï est scanné à l’European Synchrotron Radiation Facility afin de déterminer la structure des mâchoires.

Découverte et documentaire sur sa reconstitution

En Juillet 2002, le Paléoanthropologue Michel Brunet et son équipe de la Mission Paléoanthropologique Franco-Tchadienne (M.P.F.T.) publient dans la revue scientifique internationale Nature deux articles concernant plusieurs restes d’hominidés dont un crâne surnommé Toumaï. L’ensemble a été découvert, au Tchad, dans le désert du Djourab, et daté de 7 millions d’années. Les résultats publiés vont révolutionner l’histoire de l’origine de l’humanité. Toumaï est-il véritablement notre nouvel ancêtre, à quoi ressemblait-il, dans quel environnement et comment vivait-il ? Grâce à la magie des effets spéciaux, Toumaï va retrouver un corps, sa forêt, son groupe, et même devoir affronter les terribles épreuves d’un monde peuplé de redoutables prédateurs…

Source

Source : Wikipédia

 

 

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*