The Thing de John Carpenter (1982)

Cinéma

 

The Thing est un film de science-fiction horrifique, réalisé par John Carpenter, écrit par Bill Lancaster, mettant en scène Kurt Russell, sorti en 1982. C’est l’adaptation la plus fidèle de la nouvelle La Bête d’un autre monde de John W. Campbell (Who goes there?, qui est aussi le titre original de son recueil Le ciel est mort). Cette nouvelle a aussi inspiré le film La Chose d’un autre monde de Christian Nyby en 1951, ainsi que Créature de feu, un épisode de 1967 de la série Voyage au fond des mers.

L’histoire s’articule autour d’une forme de vie extraterrestre métamorphe, qui infiltre une station de recherche scientifique norvégienne du continent Austral et tue l’équipe de recherche. Une équipe de chercheurs américains à proximité de l’incident mène l’enquête et est à son tour attaquée par la créature.

Pendant l’hiver 1982 en Antarctique, un hélicoptère norvégien pourchasse un chien près d’une station de recherche américaine en Antarctique. Tandis que les Américains accourent, une grenade détruit par accident l’hélicoptère et tue le pilote. Le tireur hors de contrôle continue de tirer sur le chien et blesse un Américain. Le lieutenant Garry, commandant du poste, tire alors sur le Norvégien, qui meurt. Un pilote d’hélicoptère, R. J. MacReady et le docteur, volent jusqu’au camp norvégien pour trouver des réponses et trouvent des ruines calcinées, avec le corps d’un homme qui s’est suicidé et un gros bloc de glace avec une cavité creuse. Dehors, ils découvrent les restes brûlés d’un cadavre humanoïde à deux faces. De retour à la station, le biologiste Blair effectue une autopsie sur la créature, mais ne trouve qu’une organisation normale des organes internes.

Clark, le maître-chien de la station, conduit le chien dans le chenil avec les chiens de traîneau de la station, lequel subit une monstrueuse métamorphose et les attaque. Il commence par s’ouvrir en deux, puis se voit pousser des pattes et englue un chien avant de le saisir ainsi qu’un autre. MacReady tire l’alarme incendie après avoir entendu les chiens hurler, descend avec une lampe de poche ainsi qu’un fusil de chasse et commence à tirer sur la créature qui commence à absorber un des chiens. Il fait seulement hurler la créature et tue le chien qu’elle avait juste saisi. La créature tente de se sauver par le plafond. Un autre travailleur de la station, Childs, arrive avec un lance-flammes et incinère la créature.

Une autopsie de la créature révèle qu’elle est capable d’imiter parfaitement toute autre forme de vie. Blair soupçonne que n’importe qui puisse être remplacé et imité vu que le chien est resté dans la station toute la journée, et se retire des autres. Les dossiers des Norvégiens mènent l’équipe à un cratère contenant un vaisseau spatial, et ils soupçonnent que la créature soit venue du trou dans le bloc de glace. L’assistant de Blair, Fuchs, dit à MacReady que même morts, les restes de la créature restent actifs au niveau cellulaire, selon Blair. Ce dernier a calculé que si le monstre s’échappe vers une zone civilisée, toute vie sur Terre sera anéantie en vingt-sept heures.

Le météorologue de la station, Bennings (Peter Maloney), est attaqué par l’humanoïde qui a repris vie. Windows, l’opérateur radio, le retrouve à moitié nu attaché sur une chaise par la créature. Alors qu’il se métamorphose, il est entouré dans sa fuite par l’équipe et MacReady le brûle avant qu’il ne puisse s’échapper. MacReady avise de l’absence de Blair, court à l’intérieur et découvre qu’il a détruit l’hélicoptère ainsi que les autres moyens de transport, tué tous les chiens de traîneau et détruit la radio. L’équipe le retrouve en pleine crise de nerfs et l’enferme dans la cabane à outils. Déterminés à savoir qui est infecté, ils découvrent que les réserves de sang ont été percées avant d’avoir pu effectuer des tests sanguins par mélanges. Les hommes commencent alors à s’accuser les uns les autres. MacReady prend en charge les commandes de l’équipe, calcule que la créature est seule parmi eux et tente de savoir qui est qui.

Fuchs poursuit les travaux de Blair, mais il disparaît brusquement lorsque l’alimentation est coupée. Alors qu’une tempête se prépare, MacReady, avec Windows et le cuisinier Nauls, trouve son corps brûlé à l’extérieur. MacReady théorise que Fuchs s’est brûlé lui-même avant qu’il ne puisse se transformer. Pour ne pas se perdre dans la tempête, les membres de l’équipe sont encordés. Sur le chemin du retour, Nauls détache MacReady quand il trouve une chemise déchirée avec son nom dessus. L’équipe a un débat sur l’identité de MacReady, qui casse une vitre et menace de se dynamiter avec eux. Norris tombe, foudroyé par une crise cardiaque. Lorsque Copper tente de faire revenir Norris par défibrillation, la poitrine de celui-ci s’ouvre et se referme comme une bouche géante, mordant et arrachant les bras de Copper, qui meurt rapidement de ses blessures. Les entrailles de la créature s’animent en un double monstrueux de Norris. MacReady incinère la créature qui en perd la tête. Il lui pousse des pattes et des antennes, mais avant qu’elle ne puisse fuir, MacReady la brûle à son tour.

Windows reçoit pour ordre d’attacher tout le monde pour un nouveau test, MacReady tuant Clark quand celui-ci tente de le poignarder. MacReady explique sa théorie, selon laquelle chaque cellule de l’extraterrestre est un organisme individuel, avec son propre instinct de survie, qui réagit défensivement quand elle est menacée. Il teste le sang de tout le monde avec un morceau de fil de cuivre chauffé au rouge qu’il met en contact avec le sang de chacun. Ils semblent humains. Mais le sang de Palmer réagit violemment et il commence à se métamorphoser sous les yeux horrifiés des autres qui sont attachés à côté de lui. Le lance-flammes de MacReady a des ratés. La tête de la chose s’ouvre en une énorme mâchoire et dévore à moitié Windows, obligeant MacReady à les brûler tous les deux, faisant exploser la chose à la dynamite.

Ils finissent le test et se mettent à chercher les dernières traces de la chose. Ils découvrent un tunnel sous la cabane à outils et se rendent compte que Blair est infecté et a construit une embarcation pour s’évader. MacReady spécule que la chose a l’intention de se geler jusqu’à ce qu’une équipe de secours arrive au printemps. Ils décident de dynamiter tout le complexe dans l’espoir de la détruire définitivement. Mais Garry et Nauls sont tués par Blair avant d’avoir fini de mettre les explosifs sous terre. La chose devient un monstre difforme qui attaque MacReady, mais celui-ci se débarrasse du monstre en faisant exploser toute la base tandis qu’il s’échappe. Trébuchant dans les ruines fumantes avec une bouteille de scotch à la main, MacReady trouve Childs, qui prétend s’être perdu dans la tempête en poursuivant Blair. Épuisés, ils reconnaissent la futilité de leur méfiance tandis qu’ils regardent brûler le camp. C’est alors que MacReady tend à Childs la bouteille de scotch, que celui-ci prend en main. L’observant boire, il sourit. Le film s’achève sur une vue du camp en flammes.

Avis : l’un des meilleurs films de sciences-fiction et horreur de tous les temps. L’étrangeté de la chose, la musique inquiétante nous plonge dans les neiges de l’épouvante avec un scénario « fataliste » qui rend la chose intelligente avec sa capacité à apprendre et à s’adapter. Les effets spéciaux sont un peu limite (si on compare avec Alien, le 8e passager) mais passent tout de même pour l’époque. L’aspect gore est justifié et employé utilement. A voir et à revoir.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*