Tétrodotoxine

Para Sciences

La tétrodotoxine (TTX) est une toxine (neurotoxique) isolée pour la première fois en 1909 et présente chez certaines espèces de poisson, les tétraodons.
Elle est appelée également poison de Fugu, et poison de tétraodon. Elle a aussi été isolée dans d’autres espèces incluant le triton de Californie, le poisson-perroquet, certaines grenouilles, certains crabes (par exemple : l’Atergatis), chez des étoiles de mer de la famille des Astropecten, chez le poulpe à anneaux bleus, chez des limaces de mer (Babylonia japonica, Charonia sauliae, Tufufa lissostoma). On constate une prévalence certaine dans l’océan Indien.

Symptômes de l’intoxication

Au Japon, la TTX est reconnue comme la principale cause d’accidents alimentaires mortels : entre vingt et cent morts par an sont imputables à la consommation de fugu.

En cas d’intoxication, le taux de létalité est supérieur à 50 %. Une vingtaine de grammes de chair de fugu peuvent provoquer la mort. Les signes cliniques apparaissent assez rapidement (dix minutes à quatre heures après ingestion). Ce délai varie en fonction de l’individu et de la dose de tétrodotoxine ingérée. La tétrodotoxine étant hydrosoluble, elle passe facilement la barrière gastrique et est absorbée au niveau de l’estomac. Le pronostic est d’autant plus sévère que le délai d’apparition des premiers symptômes est court.

Le tableau clinique se présente ainsi :

atteinte du système nerveux avec paresthésies orales et périorales, nausées souvent accompagnées de vomissements, parfois avec diarrhées et douleurs abdominales ;
– vertiges, pâleur, sensation de malaise, puis ataxie et engourdissement général avec la sensation de flotter. Fourmillements et picotements des extrémités précédent la paralysie des membres inférieurs et des extrémités ;
modifications de la sensibilité profonde, la gorge et le larynx sont touchés très tôt ce qui provoque une dysphagie voire une aphagie complète, ainsi qu’une dysphonie ;
dilatation des pupilles (mydriase) ;
– dans le cas d’intoxication aigüe, bradycardie et hypotension, hypersalivation, hypothermie, hypersudation, asthénie ;
cyanose des extrémités et des lèvres, hémorragies pétéchiales sur le corps.

Ces symptômes surviennent en moyenne huit heures après ingestion. Par la suite, une paralysie spastique apparaît.
Le décès est souvent dû à une paralysie respiratoire, l’état de conscience n’étant en général pas affecté.

On peut distinguer quatre stades dans l’intoxication :

-paresthésies buccales suivies dans certains cas de nausées et vomissements.
paralysie motrice des doigts et des membres (les réflexes ostéotendineux restent présents).
perte des mouvements musculaires volontaires, cyanose, hypotension, dysphagie et dysphonie. Détresse respiratoire.
– La mort survient par arrêt respiratoire. Les battements cardiaques persistent mais sont de courte durée. Arrêt cardiaque par collapsus.

 

Rites vaudou haïtiens

La tétrodotoxine n’est pas toujours fatale ; à des doses quasi-létales, la victime peut sembler morte alors qu’elle reste consciente. Cela a amené l’ethnobotaniste Wade Davis à penser qu’elle était utilisée pour un rite vaudou haïtien, des personnes condamnées par la communauté étaient paralysées avec une mixture à base de tétrodotoxine qui les mettait dans un état proche de la mort puis plus tard leurs fonctions physiologiques étaient ramenées à la normale grâce à des décoctions de plantes contenant de l’atropine comme la datura par exemple, après quoi divers psychotropes leur étaient administrés afin d’annihiler toute volonté, transformant les victimes en « zombies » qui étaient mis en esclavage. Cependant; l’idée fut réfutée par la communauté scientifique à la fin des années 1980, les symptômes présentés par les victimes d’empoisonnement ne correspondant pas à la description des zombies du vaudou.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*