Skinwalkers (2007) de James Isaac

Cinéma

Skinwalkers est un film germano-américano-canadien réalisé par James Isaac en 2006 présenté au Festival de Cannes 2006 et sorti en salles en 2007.
Une jeune mère célibataire tente de protéger son fils d’une malédiction ancestrale.

Mon avis sur le film : il ne s’agit pas de loups garous véritablement, car la transformation n’est pas complète. La Lune est bien impliquée dans le processus de mutation, mais ci dessous on distingue encore des aspects humanoïdes. Il faut donc se référer à la légende, citée ci dessous pour mieux comprendre ce qu’est un Skinwalker.

Le film se regarde, il s’agit davantage d’un film d’action que d’horreur, avec peu de sang ce film reste accessible à un public assez large malgré son affiche trompeuse : Skinwalker écrit sur un fond rouge qui rappelle le sang, avec une femme qui montre ses crocs, la typologie de la photo aurait plutôt fait penser à un film gore, ou étrange mais rien de tout cela.

Photo prise au Nouveau Mexique en 2014, source inconnue : il ne s’agit pas d’un skinwalker, mais d’un pâle montage sur le visage fait avec un flou directionnel (ça se voit à l’œil nu) d’un être humain. L’homme se tient devant une route à la lisière des bois / Forêt ? Et on distingue bien le sens de l’ombre au sol, un flash a été utilisé, photo prise de nuit surement.

Sources

Les skinwalkers apparaissent principalement dans le folklore des tribus Hopi, Utes et Navajos (sous le nom de yee naaldlooshii chez ces derniers, ce qui peut se traduire approximativement par « celui qui marche à quatre pattes »).

Dans la culture Navajo (Navajo: Diné), un skinwalker (yee naaldlooshii) est une sorte de sorcière malfaisante qui a la capacité de se transformer en animal ou de se déguiser en tant qu’animal, habituellement pour nuire aux personnes.

Dans la langue navajo, yee naaldlooshii se traduit par « au moyen de lui, [il ou elle] va à quatre pattes ».  Bien que ce soit peut-être la variété la plus fréquente dans la fiction d’horreur par les non-Navajo, le yee naaldlooshii est l’une des nombreuses variétés de la sorcière Navajo, en particulier un type d’ánti’įhnii. La légende des skinwalkers est incertaine, principalement en raison de la réticence à discuter du sujet avec les étrangers (en partie parce que les étrangers peuvent être des sorcières eux-mêmes), les gens sont amenés à tirer leurs propres conclusions des histoires qu’ils entendent.

Les gens de Navajo sont réticents à révéler le savoir-faire de Skinwalker à des non-Navajos, ou à en discuter de tous ceux dont ils ne font pas confiance.

Type de sorcière

Un skinwalker d’après la légende

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*