« Shining » de Stalney Kubrick (1980)

Cinéma

Shining (The Shining) est un film d’horreur américano-britannique réalisé par Stanley Kubrick, sorti en 1980, avec Jack Nicholson, Shelley Duvall et Danny Lloyd dans les rôles principaux.

Synopsis détaillé – attention spoilers

Onzième long métrage de Kubrick, il est inspiré du roman, homonyme dans son titre original, Shining, l’enfant lumière de l’écrivain américain Stephen King. Celui-ci affirma à la fois adorer l’adaptation réalisée par Kubrick et la romancière Diane Johnson et la détester. Leur scénario trahissant, selon lui, l’esprit du livre et les thèmes majeurs qu’il aborde, tels que la désintégration de la famille et l’alcoolisme.

Aujourd’hui considéré comme un classique du cinéma d’horreur, le film s’inscrit dans la lignée de Rosemary’s Baby ou de L’Exorciste. Il intègre deux concepts : la maison isolée et hantée, et les perceptions extrasensorielles (événements présents, passés et futurs, télépathie) c’est-à-dire le shining.

Le film commence par des vues panoramiques du Glacier National Park (situé dans le Montana), la caméra rattrape la petite Volkswagen jaune, qui parcourt la route escarpée et déserte de la montagne. La voiture disparaît dans un tunnel sombre et lorsqu’elle atteint le sommet, un immense hôtel apparaît, isolé dans la montagne enneigée.

Jack Torrance (Jack Nicholson), ex-professeur qui se voudrait écrivain, est reçu pour un entretien d’embauche pour le poste de gardien d’Overlook, un palace isolé dans les montagnes Rocheuses du Colorado, vide et coupé du reste du monde durant tout l’hiver. Le directeur de l’hôtel avertit Jack que le précédent gardien, Grady, a sombré dans la folie et a massacré sa femme et ses deux filles, des jumelles, avec une hache avant de se suicider avec une arme à feu. Jack accepte malgré tout le poste pour entretenir l’hôtel durant tout l’hiver, il profitera de ces moments de solitude pour enfin écrire son livre. À plusieurs centaines de kilomètres de l’hôtel son fils Danny a des visions sanglantes qui l’avertissent d’un danger.

Le jour de la clôture, le directeur fait visiter l’hôtel au couple Torrance, notamment un labyrinthe végétal qui jouxte l’hôtel. Les jumelles Grady apparaissent à Danny dans la salle de jeux. Il communique également avec le cuisinier Halloran (Scatman Crothers) par télépathie, ce dernier lui interdit d’approcher la chambre 237 qui a autrefois abrité les corps de la famille Grady. Halloran explique à Danny qu’ils sont tous deux doués d’un don de voyance télépathique qu’il nomme le « shining ».

L’hôtel se vide complètement et les trois protagonistes se retrouvent complètement isolés. Jack, inspiré, tape à la machine. Les lignes téléphoniques sont coupées par la tempête de neige un mois après leur arrivée. Wendy ne peut communiquer avec l’extérieur que par la radio.

Danny tente d’entrer dans la chambre 237, mais la porte est fermée. Dans les couloirs de l’hôtel, il rencontre les jumelles qui l’invitent à jouer avec elles « à jamais ». La vision fugitive des jumelles massacrées terrifie le garçon tandis que Jack donne les premiers signes de dérangement mental. Il répète la même fin de phrase que les jumelles Grady : « Je voudrais que nous restions ici à jamais, à jamais… »

Alors que Danny joue aux petites voitures dans le couloir, une balle de baseball roule jusqu’à ses pieds : le couloir est pourtant vide. Mais à quelques mètres de l’enfant, la porte de la chambre 237 est entrouverte. Danny entre dans la chambre ; pendant ce temps, Jack, endormi dans son fauteuil, fait un cauchemar dans lequel il massacre toute sa famille. Ses cris alertent Wendy qui accourt. Alors qu’elle tente de le calmer et qu’il lui raconte son cauchemar, Danny apparaît dans l’embrasure de la porte. Wendy, remarquant des traces de strangulation sur le cou de Danny, accuse Jack et sort de la pièce avec son fils, paniquée.

Furieux, Jack déambule dans les couloirs. Il entre dans la salle de bal (la Gold Room) et s’arrête devant le bar vide, les miroirs reflètent son image. Il ferme les yeux, puis les rouvre. Les étagères du bar sont maintenant couvertes de bouteilles et un barman lui fait face, sourire aux lèvres. Jack semble le connaître car il l’appelle par son prénom, Lloyd. Tout en dégustant un bourbon, il avoue à Lloyd qu’il a démis l’épaule de Danny trois ans auparavant (par accident selon lui), mais affirme qu’il n’a jamais plus touché son fils. La scène est interrompue par l’arrivée de Wendy qui accourt dans la Gold Room. Elle lui annonce qu’une femme a agressé Danny dans la chambre 237. Jack se rend dans la chambre 237. Dans la salle de bains, il découvre une jeune femme nue dans la baignoire qui l’invite à approcher. Mais alors qu’ils s’embrassent, la jeune femme prend l’aspect d’un cadavre en décomposition. Jack prend la fuite. À son retour, il dit à Wendy qu’il n’a rien trouvé dans la chambre et ils se disputent.

À des centaines de kilomètres de l’hôtel, Halloran a une vision. Il tente d’appeler l’hôtel sans résultat. Inquiet, il prend la route.

Jack s’enfuit fulminant à la Gold Room. Maintenant la salle est comble d’invités en tenue de soirée des années 1930. Jack bouscule par accident un serveur qui lui dit être monsieur Grady et lui recommande de redoubler de vigilance car son fils « s’évertue à faire venir quelqu’un de l’extérieur ». Grady conseille à Jack de mieux tenir sa famille, voire de la corriger comme lui-même l’a fait avec sa propre famille. Jack se laisse manipuler, et sabote la radio et la chenillette, le seul véhicule qui permet de partir de l’hôtel.

Tout bascule lorsque Wendy découvre les pages du « roman » de son mari, entièrement remplies de la phrase « All work and no play makes Jack a dull boy » – expression idiomatique signifiant littéralement « Trop de travail et pas de plaisir font de Jack un enfant terne » et sans équivalent en français mais qui est sous-titrée « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » dans les versions française et originale sous-titrée. Jack s’enfonce dans une psychose meurtrière. La confrontation finale entre Jack et Wendy va avoir lieu, le mari fou poursuivant sa femme en boitant après être tombé dans l’escalier, armé d’une hache dont il se sert pour fracasser les portes qui se trouvent entre lui et Danny et Wendy. « Coucou,Chérie! » lance Jack, se montrant après avoir brisé une porte à la hache.

À cause de ses visions et de ses contacts télépathiques avec Danny, qui répète et écrit partout « redrum » (en français « ertruem ») (ce qui donne à l’envers « murder », « meurtre » en anglais), le cuisinier Halloran très inquiet revient à l’hôtel Overlook. Mais Jack, embusqué, se rue sur lui et le transperce avec sa hache. En entendant les cris, Danny hurle à son tour et sort de sa cachette. Jack lui court après jusqu’à sortir de l’hôtel.

Danny se réfugie dans le labyrinthe. Par ruse, il revient en arrière en marchant dans ses propres empreintes dans la neige et réussit à semer son père qui le poursuit et se perd dans le labyrinthe. Jack meurt gelé dans le labyrinthe, prisonnier de l’hôtel Overlook, tandis que le reste de sa famille parvient à s’enfuir. Un dernier travelling montre une photographie accrochée au mur de l’hôtel. On y voit Jack en tenue de soirée bras droit levé, bras gauche pendant, au milieu des invités. Le cliché porte la légende : « Overlook Hotel, July 4th Ball, 1921. » (« Hôtel Overlook, bal du 4 juillet 1921. »)

Avis : film culte à voir sans détour, tout y est inquiétant les fantômes, le comportement de Jack et les réactions du petit garçon qui joue brillamment

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*