Pierres d’Ica

Para Archeologos

Les pierres d’Ica sont un ensemble de 15 000 galets d’andésite gravés, apparus à Ica au Pérou dans les années 1960. Les gravures représentent des animaux fantastiques, des dinosaures cohabitant avec des êtres humains, des scènes évoquant des technologies avancées (opérations chirurgicales, greffes cardiaques, télescopes, fusées, etc.).

Dans un premier temps présentées comme d’authentiques objets archéologiques par leurs inventeurs, elles se révèlent finalement être un canular.

Description

Les pierres d’Ica sont réalisées sur des galets d’andésite de dimensions variées. Elles sont gravées superficiellement et portent des scènes et des dessins variés, des cartes, des animaux disparus tels les dinosaures ou des pratiques médicales complexes.

 

Découverte et exploitation

Quelques auteurs, comme le Professeur Alejandro Pezzia Assereto, ont parlé des pierres du rio Ica quelques années avant leur médiatisation.

En 1966, une pierre gravée est offerte au médecin péruvien Javier Cabrera Darquea pour son 42e anniversaire par son ami, le photographe Felix Llosa Romero. Cabrera y reconnaît le dessin d’un poisson éteint depuis des millions d’années.

Son père ayant commencé une collection de pierres similaires dans les années 1930, Cabrera, qui s’intéresse à la préhistoire du Pérou, entreprend lui aussi une collection. Il fait l’acquisition de 341 pièces auprès de deux frères, Carlos et Pablo Soldi, qui détiennent des milliers de pierres similaires provenant de la région voisine d’Oucaje qu’ils ont tenté, en vain, de proposer à des archéologues6. Par la suite, Cabrera découvre une autre source de pierres gravées auprès d’un agriculteur, Basilio Uschuya, qui lui en vend des milliers. La collection de Cabrera atteint plus de 11 000 objets dans les années 1970.

Il publie le livre intitulé The message of the engraved stones of Ica (« Le Message des pierres gravées d’Ica ») où il expose ses théories sur l’origine et la signification des pierres. Il défend notamment l’idée selon laquelle l’homme existe depuis au moins 405 millions d’années et que des êtres venus d’une autre planète ont créé les humains en implantant des codes cognitifs à des primates supérieurement intelligents.

Les pierres ont été utilisées par certains créationnistes qui tentent de démontrer que des humains côtoyaient des dinosaures non aviaires, une allégation pour laquelle aucune preuve scientifique n’existe8 et qui est en contradiction avec la date bien établie de l’extinction des dinosaures non aviaires, antérieure d’environ 65 millions d’années par rapport à l’apparition de l’humanité.

Certains ufologues les utilisent aussi comme argument en faveur de la théorie des anciens astronautes : les pierres prouveraient l’existence d’une ancienne civilisation disparue, technologiquement avancée. Certains mytho-historiens les ont aussi utilisées comme preuves de la véracité des mythes antiques.

Démystification

Lors d’une entrevue avec Erich von Däniken en 1973, Uschuya avoue avoir gravé les pierres. En 1975, Uschuya et une agricultrice nommée Irma Gutiérrez de Aparcana confirment être les auteurs de la supercherie : ils ont gravé les pierres proposées à Cabrera en copiant des images de bandes dessinées et de magazines. Uschuya se rétracte ensuite lors d’un entretien accordé à un journaliste allemand, avançant qu’il a prétendu être l’auteur des gravures pour éviter une condamnation à une peine de prison pour vente de vestiges archéologiques.

En 1977, pour le documentaire de la BBC intitulé Pathway to the Gods (« La Voie des Dieux »), Uschuya fabrique une pierre d’Ica à l’aide d’une fraise de dentiste et indique avoir réalisé la patine en cuisant les pierres dans de la bouse de vache2 ; la même année, un autre reportage de la BBC propose une analyse sceptique des pierres de Cabrera. Le regain d’attention porté au phénomène incite les autorités péruviennes à arrêter Uschuya pour vente de découvertes archéologiques. Uschuya se rétracte à nouveau, indiquant que les objets sont frauduleux : « Fabriquer ces pierres est plus facile que de cultiver la terre. » Il grave en réalité les pierres en utilisant comme modèles des images de livres et de magazines et en utilisant des couteaux, des ciseaux et une fraise de dentiste. Il indique toutefois qu’il n’est pas l’auteur de toutes les gravures. Il échappe à la condamnation et continue de vendre des pierres similaires aux touristes comme bibelots2. Des pierres sont toujours fabriquées et gravées par d’autres artistes comme contrefaçons de contrefaçons. Cabrera abandonne sa carrière médicale en 1996 et ouvre un musée à Ica au Pérou où l’on peut voir plusieurs milliers de pierres gravées1.

Dans son Encyclopedia of Dubious Archaeology: From Atlantis To The Walam Olum, l’archéologue Ken Feder indique : « Les pierres d’Ica ne sont pas le plus sophistiqué des canulars archéologiques évoqués dans ce livre mais ont certainement le plus haut rang dans l’absurde. ».

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*