L’Aura et les Fibres

VIA NEGATIVA

L’Aura

On appelle  Aura une sorte d’atmosphère fluidique, provenant de la condensation des forces fluidiques que tout être vivant possède. L’aura est une sorte halo de lumière  qui rayonne autour de votre tête. L’aura est connectée avec des fluides cosmiques, et vous pouvez le renforcer à l’aide de certaines pratiques de méditations. Elle serait la manifestation d’un champ d’énergie ou de force vitale (Chi ou KI  chez les chinois et les japonais 気).

Elle aurait environ deux centimètres d’épaisseur et émaneraient des chakras. (=points d’énergie situés dans le corps astral, doctrine tantrique et yoga, qui expose la théorie selon laquelle, le corps disposerait de sept chakras primaires associés à différentes parties du corps, des émotions, des désirs, des pensées et de la santé.)

On parlera aussi de karma, selon une loi bouddhique (tiré plus directement de l’hindouisme) selon laquelle « toute cause émane d’un effet » et par conséquent que chaque acte, jugé bienveillant ou malveillant, se répercute dans la vie suivante.

Les chakras

Chakra dérivé du sanskrit : चक्र (écriture devanagari)  qui signifie roue ou disque, prononciation phonétique « chakra », en IAST : cakra ; pali : chakka ; chinois: 轮 ; tibétain : khorlo ; indonésien et javanais : cakra) est le nom sanskrit traditionnellement donné à des objets ayant la forme d’un disque, parmi lesquels le soleil. Le terme est aujourd’hui plus connu pour désigner des « centres spirituels » ou « points de jonction de canaux d’énergie (nāḍī) » issus d’une conception du Kundalinî yoga et qui pourraient être localisés dans le corps humain. Selon cette conception, il y aurait sept chakras principaux et des milliers de chakras secondaires. On trouve ce concept la Yoga Chudamani Upanishad (composée entre le VIIe siècle et Xe siècle) et la Yoga Shikha Upanishad.

Les chakras décrits dans le kuṇḍalinī yoga sont représentés par des fleurs de lotus et marquent, sur le plan énergétique de l’homme (prāṇamaya-kosha), les étapes de la progression de la kuṇḍalinī le long des nādīs (canaux) centraux que sont suṣumṇā (canal central parasympathique), iḍā (canal sympathique gauche) et piṅgalā (canal sympathique droit), qui relient entre eux les chakras (centres d’énergie).

1 Mūlādhāra : Terre  (Périnée)
2 Svādhiṣṭhāna : eau (Sacrum)
3 Maṇipūra : feu (nombril)
4 Anāhata : air (Cœur)
5 Viśuddha: éther (gorge)
6 Ājñā : esprit (Chiasma optique)
7 Sahasrāra: vibration (Fontanelle)

Les sept chakras principaux sont décrits comme formant une colonne lumineuse (colonne d’argent) partant de la base de la colonne vertébrale jusqu’à la base la tête. Chaque chakra est associé à une certaine couleur, un duo de divinités, un élément classique, des sons, un organe d’action, un organe sensoriel, des fonctions de la conscience, etc.

L’ouverture du sahasrāra-cakra, signifiant « chakra aux mille pétales », correspondant à l’aboutissement du déploiement de la kuṇḍalinī, équivaut à l’éveil spirituel. (Nirvana) La plus ancienne mention connue des chakras se trouve dans les dernières upaniṣad (plus spécifiquement, la Brahma Upaniṣad et la Yogatattva Upaniṣad).

 

Les Fibres Corporelles

Les Atlantes avaient appris à discerner des choses non matérielles telle la fibre corpo-énergétique ou que chaque corps émet une onde, vibration.

Ces fibres pourraient essentiellement agir comme des antennes captant des sentiments et émotions émanant d’autres corps dans l’entourage mais elles émettraient des ondes d’émotions ou de sentiments à d’autres fibres voisines (ex : le Charisme de telle personne).
Ces fibres ressembleraient à des filaments non matériels et transmettraient l’information directement au cerveau.  On pourrait ainsi définir ceci comme un sixième sens.

De nos jours, tout appareil électrique (électricité, ondes pour le wifi ou antennes relais, télévision…) émettant des ondes électromagnétiques
tarissent ces sources de fibres corporelles. Certaines migraines pourraient en être la conséquence. Les Atlantes utilisaient le Cristal de Roche pur pour purifier les fibres.

En somme ces fibres seraient reliés au système nerveux et se révèleraient être le système digestif des émotions.
Une émotion est créatrice d’un changement d’état dans le monde du vivant – émouvoir = mettre en mouvement. Ce changement est vécu physiquement (manifestation de la joie, de la peur, du dégoût, de la colère…). Les émotions prennent leur source dans la région du cerveau appelée amygdale, laquelle joue un rôle clé dans la régulation de nos émotions et la mémoire émotionnelle. Le déclenchement émotionnel est quant à lui lié à un changement dans la manière de vivre une relation ou d’être en relation.

L’amygdale ou complexe amygdalien est un groupe de neurones du cerveau en forme d’amande (d’où son nom) situé au pôle rostral du lobe temporal, en avant de l’hippocampe. Elle fait partie du système limbique et est impliquée dans les émotions en particulier dans la peur et l’agression. L’amygdale a fait l’objet de nombreux travaux en neurobiologie mais son rôle exact reste encore ambigu. Suivant les théories, elle est considérée comme l’interface entre souvenir et désir, comme l’association entre stimulus et renforcement, comme un système de conditionnement affectif, ou comme un filtre sensoriel transmettant un message activateur selon la signification affective du stimulus.

L’amygdale comprend trois groupes de noyaux selon leur connectivité:

les noyaux cortico-médians sont connectés avec le bulbe olfactif et le cortex olfactif
les noyaux baso-latéraux, avec le cortex cérébral, en particulier avec les aires sensorielles associatives
les noyaux centraux et antérieurs, avec le tronc cérébral, l’hypothalamus et avec les régions viscéro-sensibles comme le noyau du faisceau solitaire.
Elle grossit vers l’âge adulte, et ses actions deviennent plus importantes.
Liste des Émotions de bases et secondaires, Paul Ekman 1982
Joie  – Tristesse – Dégoût -Peur – Colère – Surprise.
NB : Les émotions secondaires sont des mélanges des émotions de base (exemple : la nostalgie). On parle aussi d’émotions mixtes pour nommer les émotions secondaires. Par exemple, la honte est une émotion mixte, à la base un mélange de peur et de colère (bloqué ou retournée contre soi).
La nostalgie – l’amour – la haine – l’envie – la gratitude – la rancune – l’anticipation – la confiance -l’embarras – la honte – la méfiance – le mépris – l’approbation – le dédain – la fierté – l’humiliation – la sincérité – la tromperie – la culpabilité …

Schéma Descriptif du processus de la Passion
Explications philosophiques
-Exemple-

Passion
Fougue (positif)
Dévotion (négatif)

 


  • Pitié
  • Tristesse 

Cause  EFFET


 

  • Désir
    Besoin de satisfaction
    Vocation

(Raison)

ou
(Jugement)

La passion (vient du latin patior « souffrir ») rend le sujet passif et ce dernier se laisserait dévorer par le désir. Il pourrait le ressentir avec fougue (de l’italien Foga « fuite ») ou de la dévotion depuis la cause jusqu’à l’effet.

 

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*