Elly Kedward et les mystères de la sorcière de Blair witch

Cinéma Légendes urbaines

Le film

Le Projet Blair Witch, ou Le Projet Blair au Québec (The Blair Witch Project) est un film d’horreur indépendant américain de genre « Found footage » écrit et réalisé par Daniel Myrick et Eduardo Sánchez, sorti en 1999.Cette histoire a débuté dans les années 60 à 2005 dans un petit village nommé Billio. Ce village est méconnu auprès de la population française mais a fait le tour du monde grâce à cette horrible histoire de blair witch. D’après la légende un jeune couple se baladait dans la forêt de Guehenno quand ils entendirent des cris . Pris de peur ils ont courus vers le chemin le plus proche mais en jour de tempête un arbre s’est couché sur eux et ont eu les jambes coupées et sont morts subitement . Depuis ce jour,le couple de Blair witch sème la peur aux clients de la pépinière de Kerhello . Les phénomènes les plus fréquents aperçus sont des arbres tombés sans aucune raison aux pieds des clients,des silhouettes prises en photo et des gens tombés dans les agaves comme poussés par une force mystérieuse de quoi faire peur.
Synopsis
Trois étudiants en cinéma tournent un documentaire sur la légende d’une sorcière (witch en anglais) vivant dans la forêt de Blair, puis disparaissent mystérieusement après s’être égarés. La bande vidéo qu’ils ont enregistrée, retrouvée une année plus tard sur les lieux de leur disparition par la police, représente les scènes du film.

 La Légende d’Elly Kedward

Elly Kedward (1729 – février 1785) était une femme irlandaise qui a été bannie de la ville de Blair après plusieurs personnes locales l’ont accusée de sorcellerie. En février 1785, plusieurs enfants l’ont accusée de les attirer dans son foyer pour en tirer du sang. Elle a été reconnue coupable de sorcellerie, bannie du village pendant un hiver particulièrement sévère et présumée morte. Au milieu de l’hiver, tous les accusateurs de Kedwards, avec la moitié des enfants de la ville, disparurent. Craignant une malédiction, les citadins ont fui Blair et ont promis de ne jamais prononcer le nom d’Elly Kedward.

Gravure sur bois : Bannissement d’Elly Kedward de la ville de Blair.

Mais en réalité, tout ceci commence il y a plusieurs siècles, dans une forêt qui porte le nom de « Black Hills » , dans le Maryland, aux U.S.A.. Cette forêt a toujours été maudite, et cela remonte bien plus loin qu’a l’époque des européens au XVII ° Siècle… En effet, les écrits racontent que même les tribus indiennes ne s’aventuraient dans cette forêt…

Aux alentours de 1630, le Colonel Nathaniel Blair, commande la construction d’un fort dans cette zone maudite, afin d’aider a la défense de Lord Calvert contre certaines tribus… Le fort deviens en 1634 la petite ville de Blair, du nom de son « créateur ».

Vers 1784, des enfants accusent une certaine Elly Kedward , une immigrante Irlandaise, de Sorcellerie. Les enfants disent qu’ Elly les a attirés chez elle afin de boire leur sang … Elly fut bannie de la ville par les habitants, trainée dans les bois et attaché durant un hiver rude… Les habitants la laissèrent la, pensant qu’ Elly allait mourir a cause du froid.

En 1786, plus de la moitié des enfants du village disparurent pour des raisons inconnues… Pensant avoir affaire a une malédiction, les habitants quittèrent tous la ville et jurèrent de ne plus prononcer le nom d’Elly Kedward. Ainsi, durant plus de quarante ans, la ville fut une ville fantôme. En 1809, un livre nommé « Blair Witch Cult » Fut publié.

En 1820, Burkitt achète au gouvernement les terres de Blair, rénove la ville, et la rebaptise de son propre nom. La Ville fut renommée Burkitsville en 1824 et existe encore aujourd’hui.

Quatre années jour pour jour après la fondation de la ville, une jeune fille, Eileen Traecle, patauge dans un petit ruisseau, a Tappy East Creek, quand soudain, devant une douzaine de témoins, une main Blanche surgit de l’eau, agrippe l’enfant et l’amène avec elle au fond de l’eau. Bien que le ruisseau était très peu profond, le corps de la jeune Eileen ne fut jamais retrouvé… Les semaine suivantes, des figurines en bois apparurent, flottant sur le ruisseau, et l’eau devint contaminée pour plusieurs mois.

En 1886, la jeune Robin Weaver se perds dans la foret, et une expédition est alors lancée sous l’ordre de ses parents, afin de la retrouver… Robin Weaver revient par elle-même, en expliquant qu’elle avait rencontré une vieille dame qui semblait flotter au dessus du sol. La vieille femme amena la jeune Robin dans le sous-sol d’une maison dans les bois, lui promettant de revenir la chercher. La femme ne revenant pas la chercher, Robin s’enfuit et retrouve alors le chemin, un peu par hasard… Toutefois, l’expédition de secours n’était toujours pas rentrée, et une seconde expédition fut envoyée, a la recherche de la première.

Cette 2° expédition se termina sur le lieu de Coffin Rock, tout prés de l’endroit ou Eileen Traecle était morte, moins de cinquante ans plus tôt. La deuxième équipe assura avoir retrouvé les corps des membres de la première expédition, nus, attachés en forme de pentagramme sur le lieu de Coffin Rock. Leurs Intestins avaient étés répandus au centre, et sur leurs poitrines, mains, pieds et fronts d’étranges symboles avaient étés gravés dans leur peau. Ils se dépêchèrent de rentrer en ville, a la recherche de renforts, mais quand ils furent de retour sur les lieux, les corps avaient disparus. Ils ne furent jamais retrouvés, bien que l’odeur de mort était quant a elle très présente !

Nous sommes en 1940. Plusieurs enfants disparurent de la ville de Burkitsville, laissant ni traces ni témoins. Un hermite appelé Rustin Parr, ayant subit des sévices par son père dans sa jeunesse, passait sa vie seul dans la forêt de Black Hills, ne venant que deux fois par an en ville, acheter ses provisions. Alors qu’il venait en ville, Rustin déclara « J’ai enfin fini ». Il ne faisait que répéter cette phrase, alors que les gens s’étonnaient et voulaient des explications. Les autorités locales lui demandent alors ce qu’il veut dire par la, il les amènent alors dans sa maison, au fond des bois.

Ils trouvèrent alors d’horribles indices de meurtres et de tortures, et sept tombes étaient représentées par des cailloux empilés les unes sur les autres. Après avoir creusé, ils trouvèrent les cadavres des enfants, avec les mêmes gravures sur les mains, la poitrine, la tête et les pieds qu’avaient connues les victimes de Coffin Rock. Certains cadavres étaient dans un état de composition avancée de plusieurs années, alors que d’autres semblaient « frais » d’une heure a peine, malgré que tous étaient enterrés depuis déjà plusieurs semaines. Ils trouvèrent également un huitième enfant, encore en vie, nommé Kyle Brody, se tenant debout dans un coin du sous-sol, traumatisé. C’est son témoignage qui permit d’accuser Rustin Parr du meurtre des sept autres enfants.

Rustin Parr avoua par la suite avoir été pleinement conscient de ses actes, disant qu’une voix de vieille femme lui ordonnait de le faire ! Après le meurtre du 7° enfant, cette voix lui dit qu’il était maintenant libre, et qu’il devait aller en ville avouer ses actes si il voulait que la voix le laisse tranquille. Il fut condamné a mort, et pendu, puis sa maison fut brulée.

Et pourquoi Kyle Brody, le jeune rescapé de ces évènements, ne fut pas lui aussi accusé ? Si on se renseigne un peu plus, comme j’ai essayé de le faire, sur la vie de ce jeune garcon a l’époque, cela peut être assez inquiétant ! Kyle connaissait tout les enfants, alors qu’entre eux, aucun ne se connaissaient ! En grandissant, Kyle eut un comportement criminel, ceux qui l’envoya au Maryland State Institute for the Criminally Insane, ou il passa 10 ans de sa vie, de 1950 a 1960.

En 1969, lors du tournage d’un documentaire sur les conditions d’incarcération dans certains établissements psychiatriques, il y a des extraits de Kyle Brody, chantonnant Never Givent, la phrase que Rustin Parr, le présumé tueur des 7 enfants, criait dans sa cellule la nuit même avant d’être pendu. Un deuxième extrait montre Karl écrire sur un papier. Après vérification par un expert, il s’avère que Karl écrit du Transitus Fluvii, le langage de la Sorcellerie. Ce langage, très rare, est connu seulement par quelques adorateurs de la sorcellerie, mais Kyle l’écrit très correctement, de droite à gauche.

Source : wikipédia et Légendes (je signifie à l’auteur de l’article les nombreuses fautes d’orthographe que j’ai corrigé)

ARTICLES ANNEXES

Projet Blair witch par Eduardo Sánchez, Daniel Myrick (1999)

Blair witch project, la trilogie éditée par 13e rue

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*